Eviter de manger trop salé

Moins de sel, plus d’herbes aromatiques !

Pourquoi est-on accro au sel ?

Evitez de manger trop gras, trop sucré, trop salé ! Cette phrase, nous l’entendons tous les jours. Si le combat contre les lipides et les glucides semble bien ancré et entamé par une grande partie de la population, celui contre le sel semble plus compliqué.

L’humain n’est pas naturellement attiré par le sel. On ne parle pas d’addiction, car il n’y a pas de phénomène physique de manque en cas d’arrêt, mais d’accoutumance. Si l’on consomme toujours autant, ou plus, de sel, c’est que nos papilles s’y sont habituées et que, petit à petit, les plats pauvres en sel nous paraissent fades !

Le sel stimule nos papilles et permet de ressentir les autres goûts du plat de façon plus intense. De récentes études ont également montré qu’il couvre les saveurs amères et peut créer une sensation de goût sucré.

En cause : la cuisine industrielle ! Chips, plats préparés… jeter un œil aux compositions des aliments que vous achetez peut vous surprendre ! Plus nous y sommes exposé petit, plus notre goût sera conditionné à rechercher une certaine teneur en sel dans nos plats.

En quoi est-ce dangereux ? Surtout, comment le remplacer ? Sur son site internet, la diététicienne et nutritionniste Auriane Vuilliot partage ses réponses et astuces.

Les dangers de l’excès de sodium

Votre corps vous le dit. Après un repas trop salé, vous pouvez vous sentir ballonné, mais surtout, vous avez soif. N’oubliez pas que tout ce que vous ressentez est un signal envoyé par votre corps. Si le signal est désagréable, c’est probablement que vous avez fait subir à votre corps quelque chose que vous n’auriez pas dû.

A court terme, l’excès de sodium cause notamment de la rétention d’eau. Le taux d’hydratation étant directement lié à la tension artérielle, la consommation de sel peut causer de l’hypertension. Sur le long terme, le constat est plus inquiétant : problèmes cardiovasculaires, insuffisances rénales… Tous les organes peuvent être atteints ! Des chercheurs se sont même penchés sur l’effet du sel sur le cerveau. Une consommation excessive prolongée pourrait causer un déclin précoce des facultés cognitives.

Attention, nous parlons de consommation excessive. Il est absolument exclu de supprimer le sodium de son alimentation. Il est essentiel de consommer du sel pour entretenir notamment son système nerveux.

Alors quelle dose de sel vous faut-il par jour ? Il est généralement admis que la consommation de plus de 8g de sel par jour est excessive. Pour l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), il ne faudrait pas dépasser les 5g par jour. Toutefois, 2g par jour sont un minimum. La consommation moyenne actuelle des français serait autour des 10g par jour…

Certaines pathologies nécessitent également d’avoir un apport en sel quotidien bien précis. Parlez-en à votre médecin.

Remplacer le sel : c’est facile !

Alors, comment prendre soin de son corps et remplacer le sel sans perdre le plaisir de manger ?

Remplacer le sel par des herbes aromatiques

Première étape : cuisiner ! Pour connaître précisément la teneur en sel de ses plats sans passer des heures à comparer les étiquettes dans les rayons, préparez vous-même vos repas. Si certains rechignent à la tâche, sachez que la cuisine n’est pas toujours chronophage et fastidieuse. Des recettes simples et rapides sont disponibles sur le site d’Auriane Vuilliot. De nombreux repas peuvent être préparés à l’avance, le weekend par exemple pour le reste de la semaine.

Pour remplacer l’effet exhausteur de goût du sodium, pensez aux herbes aromatiques. Avec leur grande palette de goûts et leurs effets positifs sur la santé, elles seront vos principales alliées. Chaque plat a au moins un mariage d’herbes aromatiques qui saura le sublimer.

Antioxydantes, riches en chlorophylle et en vitamine, elles prennent soin de votre système cardiovasculaire et pourraient repousser les risques de cancer. Elles sont également très peu caloriques.

Quelques idées d’association de saveurs :

  • Pour un plat de poisson, préférez les saveurs anisés de l’aneth ou du fenouil.
  • Avec vos légumes d’été, un peu de basilic et d’estragon ajouteront de la fraîcheur.
  • En sauce, ciboulette, laurier et thym sont des indispensables.
  • L’origan est un incontournable des plats italiens comme les pizza (même si nous ne saurions que conseiller de les consommer avec modération !).
  • Côté viande, le romarin ravira les grillades et l’estragon sublimera les volailles.

Dernier avantage : vous pouvez les cultiver vous-même ! Elles sont faciles à entretenir et ne prennent que peu de place. Sur un balcon, en jardinière… Les citadins aussi peuvent avoir leur petite culture d’herbes aromatiques. Quoi de mieux que de connaître l’origine de ce que l’on mange ? Le sentiment particulier de faire pousser vous-même ce que vous consommez saura, à coup sûr, vous motiver.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.